marche pour l'école publique revue de presse

un reportage de France 3 en vidéo: http://jt.france3.fr/player/regions/?id=b67a_1214part2


en texte: http://alsace.france3.fr/info/alsace/Alsace-:-des-marches-pour-l-école-publique-58542661.html


l'Alsace: http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/2143720,208/Education-Trois-jours-de-marche-pour-l-ecole-Les....html


France 2 texte: http://info.france2.fr/education/Marches-en-Alsace-contre-les-r%C3%A9formes-58542361.html


France Bleue journal de 8H le 01.11.09  http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-bleu/?nr=1bff8925f9688573ff17c874bc72b82f&8cb7b5e0e21b8056ada8065ccd5f0aab_info_mode=infos&info_date=2009-11-01&info_tab=116172


article de l'AFP: 

>STRASBOURG, 31 OCT 2009 (AFP) - 15H06

Week-end de marche en Alsace contre les réformes dans l'Education nationale

Deux marches de protestation contre les réformes "imposées par le ministère de l'Education nationale" et réunissant une quarantaine de parents d'élèves et d'enseignants ont débuté samedi matin en Alsace, a-t-on appris auprès des organisateurs et de la gendarmerie. A l'initiative de trois collectifs Sauvons l'école pour tous (SEPT), les deux cortèges sont partis en milieu de matinée de Bourg-Bruche (Bas-Rhin) et de Mulhouse (Haut-Rhin) pour rallier lundi matin Strasbourg où les marcheurs déposeront un "cahier de doléances" au rectorat, a indiqué à l'AFP Benjamin, enseignant et membre du SEPT Strasbourg. Ils réclament notamment l'abandon du projet de loi sur les établissements publics d'enseignement primaire (EPEP), l'abrogation de la loi Carle, l'abandon des jardins d'éveil ou encore la "levée des sanctions" contre les enseignants "entrés en résistance". "C'est une action symbolique pour informer les citoyens sur la situation de l'école publique où plusieurs réformes très importantes sont en cours", a expliqué l'enseignant. Des opérations de tractages et d'information sont ainsi prévues dans les villages traversés par les deux cortèges, les marcheurs effectuant certaines parties du trajet en train, a-t-il précisé. Plusieurs haltes sont prévues pendant le week-end et des municipalités ont prêté des salles pour les repas du soir, a-t-il ajouté. Les collectifs SEPT ont organisé depuis un an en Alsace diverses actions, dont des réunions publiques d'information et plusieurs "nuits des écoles".

 

Autre article AFP: Le mouvement est organisé par le collectif d'associations "Sauvons
l'école pour tous"

Deux marches de protestation contre les réformes "imposées par le
ministère de l'Education nationale" et réunissant une quarantaine de
parents d'élèves et d'enseignants ont débuté samedi matin en Alsace.


A l'initiative de trois collectifs Sauvons l'école pour tous (SEPT), les
deux cortèges sont partis en milieu de matinée de Bourg-Bruche
(Bas-Rhin) et de Mulhouse (Haut-Rhin) pour rallier lundi matin
Strasbourg où les marcheurs déposeront un "cahier de doléances" au
rectorat, a indiqué à l'AFP Benjamin, enseignant et membre du SEPT
Strasbourg. Ils réclament notamment l'abandon du projet de loi sur les
établissements publics d'enseignement primaire (EPEP), l'abrogation de
la loi Carle, l'abandon des jardins d'éveil ou encore la "levée des
sanctions" contre les enseignants "entrés en résistance". "C'est une
action symbolique pour informer les citoyens sur la situation de l'école
publique où plusieurs réformes très importantes sont en cours", a
expliqué l'enseignant. Des opérations de tractages et d'information sont
ainsi prévues dans les villages traversés par les deux cortèges, les
marcheurs effectuant certaines parties du trajet en train, a-t-il
précisé. Plusieurs haltes sont prévues pendant le week-end et des
municipalités ont prêté des salles pour les repas du soir, a-t-il
ajouté. Les collectifs SEPT ont organisé depuis un an en Alsace diverses
actions, dont des réunions publiques d'information et plusieurs "nuits
des écoles". AFP

 

article de l'Alsace du 01.11.09 À l’appel du collectif « Sauvons l’école pour tous », plusieurs dizaines
de marcheurs ont pris, hier matin, le chemin du rectorat de Strasbourg,
où ils comptent se retrouver demain lundi. Rencontre avec le groupe
parti de Mulhouse.

Mulhouse-Cernay-Uffholtz-Wattwiller-Berrwiller : voilà l’itinéraire
suivi hier par les marcheurs haut-rhinois du collectif « Sauvons l’école
pour tous » (Sept). À vrai dire, seule une vingtaine de courageux ont
pris part à l’ensemble du trajet, partiellement effectué en train et
entamé devant la mairie de Mulhouse par un temps frisquet. Présents sur
les lieux, les élus Pierre Freyburger (PS) et Djamila Sonzogni (Les
Verts) leur ont apporté le soutien de leurs partis respectifs.

Au même moment, d’autres marcheurs entamaient leur propre parcours à
Bourg-Bruche (Bas-Rhin).

Objectif final, pour tous : rallier le rectorat de Strasbourg demain
lundi, avec la ferme intention d’y faire entendre leurs vues. « Il
s’agit de dire que la politique menée par le gouvernement constitue une
entreprise de démolition de l’école publique », assène d’emblée Roland
Braun, l’un des principaux animateurs du collectif — et par ailleurs
directeur de l’école Saint-Exupéry à Colmar. « Culture de l’évaluation,
stress, suicides : alors même qu’on assiste aux dégâts du système
ultralibéral dans les entreprises, le gouvernement pousse dans ce sens
au sein de l’école ! Mais en chemin, on oublie que les enfants ne sont
pas des machines — et les profs non plus ! »

Les nouveaux programmes ne trouvent pas plus grâce à ses yeux : « Ils
dénotent une vision fonctionnaliste de l’école. Il ne s’agit plus de
développer la culture des élèves, mais de ‘’produire’’ des gens
dépourvus d’esprit critique, qui auront le minimum de connaissances
nécessaires pour permettre au système de continuer à tourner sans le
remettre en cause. »
« Le principe du sirop qu’on dilue »

« On est en train d’instiller une logique comptable et libérale dans le
service public de l’éducation », renchérit Bernard Eichholtzer,
directeur de l’école Brossolette, au cœur du quartier mulhousien de
Bourtzwiller. Postes de Rased supprimés, psychologues scolaires aux
secteurs sans cesse élargis, postes d’enseignants réduits à la portion
congrue, « tout ça, continue le même, c’est le principe du sirop qu’on
dilue : au bout d’un moment, il n’en reste même plus la couleur ! Avec
cette baisse des moyens, de nombreux enfants en souffrance ne sont plus
pris en charge… Et nous, enseignants, nous nous sentons participer à
leur échec scolaire. »

La mine sombre, c’est finalement Roland Braun qui reprend, pour conclure
: « Ce pouvoir n’aime tout simplement pas les enseignants. »
Emmanuel Delahaye
 

France 3 du 02.11.09: http://alsace.france3.fr/info/alsace/Alsace-:-des-marches-pour-l-école-publique-58542661.html

 

20 minutes.fr du 03.11.09: http://www.20minutes.fr/article/360395/Strasbourg-a-pied-d-oeuvre-pour-l-education.php

 

l'Alsace du 03.11.09: http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/2152917,208/Un-enfant-n-est-pas-un-produit-manufacture.html

 

et j'en oublie car la couverture médiatique a été impressionnante. En allant sur Google, voilà ce qu'on trouve: http://news.google.fr/news/search?pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=marche+pour+l%27%C3%A9cole+publique&cf=all&start=0