lettre à Alain FERRY

COLLECTIF SAUVONS

L’ECOLE POUR TOUS

Parents, enseignants, élus, mobilisés

pour la défense du service public d’éducation.

                                                                                                          23 janvier 2009

 

                                                                                  à

                                                                                  Monsieur le Député

                                                                                  Alain FERRY

                                                                                  Mairie de Wisches

                                                                                  67130 WISCHES

 

            Monsieur le Député,

 

            Lors de notre entrevue, le 2 janvier 2009, nous avions convenu de vous communiquer un certain nombre de questions à soumettre à M. Frédéric Reiss, co-auteur de la proposition de loi sur les Etablissements Publics d’Enseignement Primaire. Lors de la cérémonie des vœux à Molsheim, vous avez évoqué avec M. Martin Pacou, la possibilité d’une rencontre entre M. Reiss et une délégation de notre collectif pour discuter de nos interrogations quant à ce projet. Nous sommes bien sûr intéressés, et nous tournons vers vous afin que vous puissiez éventuellement nous servir d’intermédiaire ?

 

 

            Au-delà du projet des EPEP, nous avons également beaucoup d’autres questions sur l’avenir de l’école pour lesquelles M. Reiss n’aura peut-être pas tous les éléments de réponses. Pouvons-nous, dès lors, vous demander de les soumettre à M. le Ministre ?

 

 

ÄL’objectif annoncé par M. Darcos de diviser par trois le nombre d’élèves en échec scolaire, est-il compatible avec la suppression massive de postes d’enseignants ?

 

ÄM. le Ministre a annoncé que l’école maternelle n’était pas remise en question. Pourtant Mme la Secrétaire d’Etat à la famille continue à travailler à la mise en place de « Jardins d’éveil » en collaboration avec des représentants des communes et la Caisse d’Allocations Familiales. Quel serait l’âge des enfants accueillis dans ces structures ?

 

ÄConcernant les RASED, Monsieur Darcos a réduit à court terme le nombre de postes supprimés. Mais quel sort est réservé à ces structures à plus long terme et pourquoi les supprimer sans avoir évalué leur efficacité ?

 

ÄComment les élèves français peuvent-ils assimiler des programmes sensiblement plus lourds, privilégiant l’accumulation de savoirs et de mécanismes plutôt que la recherche de sens, tout en disposant de moins de temps ?

 

ÄL’aide personnalisée aux élèves en difficultés peut-elle être efficace alors qu’il n’y a d’autre choix, du moins dans notre département et spécialement en milieu rural, que de la placer aux plus mauvais moments de la journée ?

 

Ä Quel est le but de la création d’une cellule de veille de l’opinion et comment cette cellule pourrait-elle échapper à la suspicion ?

 

ÄLes écoliers français ont le nombre de jours de classe (144) le plus faible d’Europe, mais les journées les plus chargées. Ils passent 221 journées par an, hors de l’école, lieu de toutes les inégalités. N’aurait-il pas été plus judicieux de réorganiser le temps scolaire plutôt que de le réduire ?

 

ÄDe bonnes connaissances disciplinaires suffisent-elles (surtout dans l’enseignement primaire) pour exercer le métier d’enseignant ? Que deviendra la formation professionnelle de ces personnels ?

 

 

ÄQuelles sont les intentions du gouvernement concernant la carte scolaire dans le premier degré ?

De nombreux pays qui l’ont supprimée, ont constaté un flux des meilleurs élèves vers des établissements dits « renommés » et une ghettoïsation des écoles où les performances sont les plus faibles. Ils remettent tous en place des systèmes de régulation pour corriger ces effets (Belgique, Royaume-Uni, Canada…). Comment peut-on échapper à ces dérives en France ?

 

ÄA propos des associations complémentaires de l’école publique : a-t-on évalué l’importance du lien social que créent ces associations ? A-t-on mesuré leur impact sur les économies locales ?

Comment ces associations pourraient-elles survivre aux restrictions budgétaires qu’on leur impose ?

 

 

            Ces questions expriment nos inquiétudes et justifient les actions que nous menons actuellement. Les mesures prises par M. Darcos traduisent une politique éducative dont nous craignons qu’elle mette en cause les principes d’égalité, de gratuité, de laïcité.

C’est pourquoi nous aimerions que l’avenir de l’école fasse l’objet d’un large débat avec ses acteurs (parents et enseignants). Nous espérons contribuer, par ce questionnement, à la réflexion qui doit être menée par les élus, à l’Assemblée Nationale, mais aussi au niveau des collectivités locales.

 

Nous comptons sur vous pour soumettre ces questions à Monsieur le Ministre et vous remercions par avance pour tous les éclaircissements que vous pourrez nous apporter.

Nous suggérons également l’idée d’un débat avec les maires de l’Arrondissement de Molsheim. Cela pourrait-il être envisagé ?

 

            Veuillez croire, Monsieur le Député, à notre profond attachement aux valeurs de la République. Nous vous prions d’agréer l’expression de nos salutations les plus distinguées.

 

  

 

 

Pour le Collectif SEPT « Sauvons l’Ecole Pour Tous » 

 

 

Nom, prénom, et qualité des signataires

 

Mme Brigitte Maisonnette - Parent d’élève

 

M. Christian Moser  -Directeur d’école

 

M. Marc Scheer  - Mairie  67570 ROTHAU

Maire de la commune de Rothau

 

  

 

Contacts Collectif Sauvons l’Ecole pour Tous :

Adresse courriel : collectifsept@neuf.fr