X Factor nouvelle version

Publié le par Sauvons l'Ecole Pour Tous Bruche

Mesdemoiselles et Messieurs, vous disposez de quelques minutes pour vous vendre et au prochain coup de gong, changement de protagonistes !

Cette annonce vous rappelle-t-elle certains reportages télé ou autres articles parcourus, peut-être même un vécu ? 

Non, vous ne vous trompez pas, cela se déroule maintenant également à l’Education Nationale, avec la journée de job dating organisée en mai dernier par l’académie de Paris et Pôle Emploi pour recruter du personnel enseignant sous la formulation « Journée forum de l’emploi » !

Et bien oui,  le Ministère de l’Education Nationale, non content d’être déjà depuis plusieurs années un champion du recrutement de personnel précaire, de « dégraisser » à tire larigot et de bafouer toutes les valeurs républicaines de notre école en y appliquant des principes néo libéraux, laisse organiser sous ses fenêtres une « foire aux bestiaux », une sorte de dépôt-vente de matériaux expérimentaux non testés. (voir le court reportage d’ i-télé sur le sujet : http://www.dpernoux.net/article-l-education-nationale-teste-le-job-dating-reportage-video-diffusee-sur-itele-le-26-mai-2011-74856420.html). 

 

La formule, déjà largement employée dans le privé et testée aussi par la SNCF, consiste plus précisément en une session de recrutement « éclair », qui permet aux entreprises de rencontrer un maximum de candidats en un minimum de temps et de peut-être trouver la perle rare… Car comme le dit Paul Verschaeve, DRH de l’académie de Paris dans le reportage susnommé : «il faut se donner les moyens de recruter le meilleur candidat ». Et le meilleur candidat semble être dans cette logique un prof jetable, malléable et bon marché (contrats de 2 mois à un an maximum) ; quel job d’avenir ! Implacable logique budgétaire qui est bien éloignée de celles des enseignants, des enfants et même des parents.

 

Le néologisme de job dating n’est pas inconnu des services de l’EN et l’on en trouve même une définition très détaillée dans son bulletin officiel du 15 avril 2010, composée par la commission générale de terminologie et néologie et se rapportant à un vocabulaire de l’économie et des finances : « Entretien d’embauche minute dans le domaine de l’économie et de la gestion d’entreprise, forme organisée de rencontres en groupe et en temps limité pour des personnes à la recherche d’un emploi. »

 

Le 26 mai dernier donc, dans le XIVème arrondissement, des dizaines de candidats à 25 disciplines d’enseignements se sont présentés au CTO Médiacom pour y affronter un entretien d’une dizaine de minutes avec un  recruteur de l’Inspection Académique dont une des questions était : « Est-ce que vous vous sentez à même de pouvoir … » (sous-entendu : enseigner à une classe, vous retrouver devant des élèves, etc..) Vous en conviendrez avec moi : ça laisse sans voix !

Quid du concours de recrutement de professeurs possédant un minimum de sensibilité pédagogique ? Quid d’une formation de qualité pour un enseignement et une pédagogie équivalents ? Quid de tous les enseignants en postes?

 

Mais je m’égare, revenons au propos du départ et vous n’étiez pas dupes : je faisais allusion bien entendu aux séances de speed dating, très en vogue depuis une dizaine d’années pour dénicher l’âme sœur ou ... s’offrir une nuit d’amour. Le principe en est absurde de simplicité : sept rendez-vous en sept minutes ! Sept minutes pour se connaître : rapidité et efficacité se veulent les maîtres mots de cette méthode qui met en connexion sept garçons et sept filles. Alors pourquoi pas vous ?!..

 

Fabienne Caussaint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article